IRENE POLYA, pianiste






 Biographie  
 Les disques  
 Les critiques  
 Les concerts  
 Contacter Irène Polya  

 Accueil  

   Page >> Les critiques


Printemps hongrois.

Le festival de printemps de Budapest propose des programmes variés: musique sacrée, opéra, ballet, opérette, jazz, répertoire populaire ....La pianiste Irène Polya offre à ses compatriotes un programme substantiel et original de musique française : Jeux d'eau de Ravel, l'Isle joyeuse de Debussy et trois impromptus de Fauré, mais aussi des pages moins familières (y compris chez nous). Les quatre Caprices tirés de l'Opus 2 de Boëly constituent un parfait lever de rideau, et Irène Polya sait rendre avec les contrastes et la fantaisie indispensable, la vaste sonate Le retour à Paris de Dussek. Elle se montre très à l'aise dans Ravel et Fauré, et termine avec un impressionant Prélude,Choral et Fugue de Franck dont ressortent le volet central, d'une densité et d'une poésie rares, et la fin en majeur saisissante irruption de lumière.

Le monde de la musique juin 2001 - Marc Vignal.


 

Passions hongroises à la Sorbonne

Le piano toujours avec Irène Polya, créant spontanément un enchantement sonore chassant toute pensée matérielle chez l'auditeur. On le vit avec les Danses de Marosszék Kodaly, rendues très brillantes, ou la douce Pastorale sur un noël hongrois d'Ernö Dohnanyi.

Plus austères et savantes sont les Improvisations de Bartok sur des chants paysans, tandis que les Jeux de Kurtag laissent part à l'esprit d'improvisation de l'artiste. Et la fine sensibilité de la soliste a jouée à plein dans la poétique lisztienne avec Les Cloches de Genève et Venezia e Napoli ou le chant populaire " La Biondina in Gondoletta" permit de partir " l'air dans la tête" Quel bonheur!

La lettre du musicien septembre 2001 - Pierre Vidal


 

Le 70ème anniversaire de Tibor Straky

Irène Polya,avec son récital a dignement honoré le 70ème anniversaire de Tibor Straky, son ancien professeur ...
Son jeu, sa musique sont en perpetuel mouvement, elle tient son public en haleine. Elle excelle dans la restitution des petites formes, dans la recherche des phrasées mais elle ne fait jamais oublier l'unité de l'oeuvre ...
Elle domine parfaitement toutes les difficultés techniques, son jeu perlé est exceptionnel ...
Il est impossible de traduire en paroles cette sensibilité raffinée, cette inspiration qui souligne, suggère les changements subtils d'harmonies, de modulations de phrasées.

Muszsika de septembre 1996, Budapest Szesztay Zsolt


 

Irène Polya, virtuose au piano.

Au nom de la société Richard Wagner, sa présidente, Ilse Hannibal, a invité le public à un récital de piano donné par I. Polya, dans le cadre des Douzièmes Rencontres Culturelles avec la république Tchèque . I. Polya, qui a déjà joué à Mannheim a été salué chaleureusement. Elle commença son concert par le Presto en do mineur de F.X.Brixi et la sonate de J.L.Dussek op.70 " Le retour à Paris ". La tendre interprétation de ces compositions tchèques a mis en valeur le chant "bohémien" typique. Par son toucher nuancé, l'artiste a développé une diversité de sentiments allant de l'Adagio méditatif à l'Allegro mouvementé. Dans les 15 Variations et Fugue Eroïca op.35 de Beethoven, I.Polya, par son jeu puissant a présenté un Beethoven à la fois tragique et optimiste . Elle a fait appel à la plénitude de ses capacités également dans le Carnaval op.9 de Schumann, oeuvre d'une grande richesse de sentiments. I.Polya, maître du piano, nous communique la gaieté, le désespoir, la légèreté et la profondeur de cette musique; le véritable Schumann est là. La pianiste a offert en bis la paraphrase de F.Liszt sur le "Chant des Fileuses" dans "Le Vaisseau Fantôme" de Wagner. Elle a démontré comment un chant bourdonnant peut être subtilement adapté aux sonorités d'un instrument.

Mannheimer Lokalanzeiger du 13 novembre


 

Une musique affectueuse et tendre
Récital de piano de Irène Polya

Dans la sonate à la forme variée intitulée "Le retour à Paris" de J.L Dussek, l'artiste a montré une interprétation pleine de sentiments, un toucher riche et une bravoure toujours au service de la musique. Le premier et le dernier mouvements romantiquement brillant ont été dessinés avec acuité, l'Adagio évoquant avec charme et calme, le point culminant état le Scherzo-Menuet, aux tons scintillants et transparents.
Les "Variations et Fugue Eroïca Op.35" de Beethoven ont été interptétées par I.Polya avec conviction . Elle en a clairement tracé et "colorié" les contours ...
Le "Carnaval Op.9 de Schumann nous a procuré un grand plaisir. Il est rare d'entendre cette oeuvre jouée avec une telle précision, des nuances si diverses et d'une manière aussi captivante. La pianiste a caractérisé les figures inventées par Schumann avec beaucoup de traits fins et a opposé - sans exagération- la gaieté et la noblesse, les rythmes lyriques de la valse aux instants dramatiques.
L'artiste a exprimé ses remerciements pour son succés mérité en jouant la paraphrase de F.Liszt sur le "Chant des Fileuses" dans "Le Vaisseau Fantôme" de Wagner, transformant cette pièce virtuose en un bijou sonore.

Mannheimer Lokalanzeiger du 13 novembre


 

Une pianiste sensible et captivante

Irène Polya est une pianiste sensible et captivante. Son intelligence musicale est incontestable et il semble qu'elle peut rendre compte de tous les sons.Dans son interprétation "tout est évident". L'auditeur a le sentiment et la conviction que "tout est ainsi". Jamais ne se présentent à sa mémoire d'autres interprétations avec lesquelles il pourrait faire une comparaison. Nous écoutons le temps présent, ici et à ce moment précis; c'est ce que la musique de Liszt me dit. Ce que j'entends m'absorbe du premier au dernier son.
Les "musiques aquatiques" romantiques nous éblouissent par leur diversités inouïe et une richesse de nuances quasi impressionistes . De même, nous sentons profondément que cette nature -transformée en sons par Liszt- est un paysage habité, visité et vu par l'homme. Ces oeuvres interprétées par Irène Polya dégagent une impression de simplicité -voire de facilité- alors qu'elles exigent une capacité technique de haut niveau.

Parlando, Mai 1993, Budapest

 

Site web réalisé avec Clic Premium - version 3 / © innovation Partners, tous droits réservés.